Et Maximilien Morrel sortit avec le baron de ChâteauRenaud, laissant MonteCristo seul avec Morcerf. XL. Le déjeuner. 163 Page 167 XLI. La présentation. Quand Albert se trouva en têteàtête avec MonteCristo : «Monsieur le comte, lui ditil, permettezmoi de commencer avec vous mon métier de cicérone en vous donnant le spécimen d'un appartement de garçon. Habitué aux palais d'Italie, ce sera pour vous une étude à faire que de calculer dans combien de pieds carrés peut vivre un des jeunes gens de Paris qui ne passent pas pour être les plus mal logés. sac de voyage imitation longchamp À mesure que nous passerons d'une chambre à l'autre, nous ouvrirons les fenêtres pour que vous respiriez.» MonteCristo connaissait déjà la salle à manger et le salon du rezdechaussée. Albert le conduisit d'abord à son atelier . c'était, on se le rappelle, sa pièce de prédilection. MonteCristo était un digne appréciateur de toutes les choses qu'Albert avait entassées dans cette pièce : vieux bahuts, porcelaines du Japon, étoffes d'Orient, verroteries de Venise, armes de tous les pays du monde, tout lui était familier, et, au premier coup d'oeil, il reconnaissait le siècle, le pays et l'origine. Morcerf avait cru être l'explicateur, et c'était lui au contraire qui faisait, sous la direction du comte, un cours d'archéologie, de minéralogie et d'histoire naturelle. On descendit au premier. sac imitation longchamp pliage Albert introduisit son hôte dans le salon. Ce salon était tapissé des oeuvres des peintres modernes . il y avait des paysages de Dupré, aux longs roseaux, aux arbres élancés, aux vaches beuglantes et aux ciels merveilleux. Il y avait des cavaliers arabes de Delacroix, aux longs burnous blancs, aux ceintures brillantes, aux armes damasquinées, dont les chevaux se mordaient avec rage, tandis que les hommes se déchiraient avec des masses de fer, des aquarelles de Boulanger, représentant tout NotreDame de Paris avec cette vigueur qui fait du peintre l'émule du poète . il y avait des toiles de Diaz, qui fait les fleurs plus belles que les fleurs, le soleil plus brillant que le soleil . des dessins de Decamps, aussi colorés que ceux de Salvator Rosa, mais plus poétiques . des pastels de Giraud et de Muller, représentant des enfants aux XLI. sac imitation longchamp amazon La présentation. 164 Page 168 Le Comte de MonteCristo, Tome II têtes d'ange, des femmes aux traits de vierge . des croquis arrachés à l'album du voyage d'Orient de Dauzats, qui avaient été crayonnés en quelques secondes sur la selle d'un chameau ou sous le dôme d'une mosquée . enfin tout ce que l'art moderne peut donner en échange et en dédommagement de l'art perdu et envolé avec les siècles précédents. Albert s'attendait à montrer, cette fois du moins, quelque chose de nouveau à l'étrange voyageur . mais à son grand étonnement, celuici, sans avoir besoin de chercher les signatures, dont quelquesunes d'ailleurs n'étaient présentes que par des initiales, appliqua à l'instant même le nom de chaque auteur à son oeuvre, de façon qu'il était facile de voir que non seulement chacun de ces noms lui était connu, mais encore que chacun de ces talents avait été apprécié et étudié par lui. Du salon on passa dans la chambre à coucher.